in

German FM : La CPI n’est pas compétente en raison de l’absence d’un État palestinien

« Israël est le seul État non membre sur lequel la CPI pourrait enquêter au nom d’un membre de la CPI qui n’est pas un État (Palestine). Notre point de vue juridique sur la compétence de la CPI concernant les crimes présumés commis dans les territoires palestiniens reste inchangé. La Cour n’est pas compétente, en raison de l’absence de l’élément d’État palestinien requis par le droit international ». Cette déclaration a été faite par le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, suite à la décision prise la semaine dernière par la chambre préliminaire de la Cour pénale internationale basée à La Haye, selon laquelle elle est compétente pour enquêter sur les crimes de guerre à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est qui auraient été commis depuis le 13 juin 2014. Cela pourrait inclure d’éventuelles poursuites contre de hauts fonctionnaires ainsi que contre des soldats et des commandants de l’armée israélienne. L’enquête comprend l’opération « Edge de protection » et les activités de colonisation, écrit Yossi Lempkowicz.

Israël a dénoncé la décision comme étant politique et les Etats-Unis s’y sont opposés. Israël et les États-Unis ne sont pas membres de la CPI, l’Autorité palestinienne a rejoint la cour en 2015.

« Israël est le seul État non membre sur lequel la CPI pourrait enquêter au nom d’un membre de la CPI qui n’est pas un État (la Palestine) », a noté le professeur Eugene Kontorovich, de l’école de droit Antonin Scalia de George Mason, expert en droit constitutionnel et international, lors d’un briefing pour les journalistes organisé par l’Association de la presse Europe Israël. « Il n’y a pas de situation comme celle-là dans le monde, et il n’y en aura jamais », a-t-il ajouté.

Je pense que cette affaire est une entrave et un obstacle à la recherche d’une solution au conflit israélo-palestinien car la cour fait d’une question politique une question pénale », a déclaré Pnina Sharvit Baruch, associée de recherche à l’Institut israélien d’études de sécurité nationale (INSS).

Le procureur général d’Israël, Avichai Mandelblit, a réitéré la position d’Israël au sein de la cour lorsqu’il a déclaré « L’État de Palestine n’existe pas selon le droit international. Selon les accords d’Oslo, il n’y a pas d’État de Palestine, il n’a pas de frontières et il n’a pas la compétence pour juger les Israéliens. C’est une décision malheureuse et erronée ».

Le ministre allemand des affaires étrangères a déclaré que l’Allemagne soutient la CPI en général, ainsi que la création d’un État palestinien. Mais il a déclaré que « la CPI n’est pas compétente en raison de l’absence de l’élément d’État palestinien requis par le droit international ».

Un jour après avoir parlé avec le ministre israélien des affaires étrangères Gabi Ashkenazi, M. Maas a ajouté que les positions de l’Allemagne sur la CPI et le processus de paix au Moyen-Orient en général « restent inchangées » également, et qu’elle soutient « la création d’un futur État palestinien dans le cadre d’une solution à deux États négociée par les Israéliens et les Palestiniens ».

Le ministre hongrois des affaires étrangères, Péter Szijjártó, a également exprimé son opposition à cette décision : « La Hongrie n’est pas d’accord avec cette décision. Au cours de la procédure judiciaire, nous avons déjà signalé que, selon notre position, la Palestine n’a pas de juridiction pénale sur les citoyens israéliens.

« Nous avons toujours soutenu le droit d’Israël à se défendre et nous pensons que la paix dans la région ne peut être obtenue que par des négociations basées sur le respect mutuel », a ajouté M. Szijjártó. « La décision de la CPI ne nous rapproche pas de cela ».

Le ministre chypriote des affaires étrangères, Nikos Christodoulides, a laissé la CPI en dehors de sa déclaration sur l’appel avec les Ashkénazes, déclarant qu’ils avaient eu « un échange de vues opportun et utile » et « discuté de la coopération bilatérale, notamment sur COVID-19, et des derniers développements dans notre région ».

Plusieurs autres pays, dont l’Australie, la République tchèque, l’Autriche et le Canada, ont également exprimé leur opposition à une enquête de la CPI sur Israël.

Que dit l’UE ?

L’Union européenne a déclaré qu’elle « a pris bonne note de la décision de la Cour pénale internationale. La CPI et son procureur sont des institutions judiciaires indépendantes et impartiales qui n’ont aucun objectif politique à poursuivre », a déclaré le porte-parole de l’UE, Peter Stano Pression juive européennes.

« L’UE est un fervent défenseur de la CPI et de son indépendance. Tous les États membres de l’UE ont ratifié le Statut de Rome », a-t-il déclaré.

Il a réaffirmé la « position de longue date de l’UE en faveur d’une solution négociée à deux États, fondée sur les paramètres convenus au niveau international ». Pour que cela soit possible, les actions unilatérales de part et d’autre doivent être évitées et le droit international doit être respecté », a ajouté le porte-parole.

Le porte-parole du Département d’État américain, Ned Price, a déclaré « Nous ne pensons pas que les Palestiniens puissent être considérés comme un État souverain. Nous sommes très préoccupés par les tentatives de la CPI d’exercer sa juridiction sur le personnel israélien. Les États-Unis ont toujours été d’avis que la juridiction de la Cour devrait être réservée aux pays qui y consentent ou qui sont déférés par le Conseil de sécurité de l’ONU ».

www.eureporter.co