in

Après les élections législatives, le Kazakhstan poursuit sa transition démocratique

Aujourd’hui, le 28 janvier, le mouvement mondial de lutte contre la corruption Transparency International a publié l’indice de perception de la corruption (IPC) pour 2020. Cette année, le thème principal d’une étude mondiale a identifié l’impact perturbateur de la corruption sur les systèmes de santé et l’exacerbation des violations des principes démocratiques dans les pays en proie à la pandémie COVID-19.

Fin 2020, le Kazakhstan a marqué 38 points et a pris la 94e position, se partageant avec le Brésil, l’Éthiopie, le Pérou, la Serbie, le Sri Lanka, le Suriname et la Tanzanie.

Le Kazakhstan, comme auparavant, a été estimé sur la base de 9 sources. Les experts de quatre agences de notation ont revu à la hausse leur évaluation des mesures anticorruption prises, les cinq autres – ont maintenu leurs évaluations au niveau de l’année précédente.

Source de la recherche
CPI 2020
CPI 2019

1. Indice de transformation de la fondation Bertelsmann

(Indice de transformation de la fondation Bertelsmann)

33 points
33 points

2. Les notations par pays de l’Economist Intelligence Unit

(Classement des pays par l’Economist Intelligence Unit)

20 points
20 points

3. Classement des nations de Freedom House en transit

(Classement des nations de Freedom House en transit)

24 points
24 points

4. Global Insight – Notations du risque pays

(Classement des risques pays de Global Insight)

47 points
35 points

5. IMD World Competitiveness Yearbook

(Annuaire de la compétitivité mondiale de l’IMD)

61 points
55 points

6. PRS International Country Risk Guide

(PRS International Country Risk Guide)

58 points
43 points

7. Projet « Variétés de la démocratie

(Projet Diversité Démocratie)

17 points
17 points

8. Forum économique mondial EOS

(EOS Forum économique mondial)

47 points
47 points

9. Projet de justice mondiale – Index de l’État de droit

Projet de justice mondiale – Index de l’État de droit

38 points
36 points

TOTAL
38 points
34 points

La progression des positions du Kazakhstan dans l’IPC, dans un contexte de situation d’urgence dans le secteur de la santé et de menaces pour la stabilité des institutions démocratiques, témoigne du travail continu du pays dans la lutte contre la corruption. La communauté mondiale évalue positivement la des activités des dirigeants du Kazakhstan, qui a adopté un ensemble de mesures visant à soutenir la population et les entreprises pendant une pandémie, ainsi que des amendements visant à renforcer la responsabilité en matière de corruption et de numérisation du secteur des services publics. Toutefois, parallèlement, les autorités du Kazakhstan ont commis des violations des libertés démocratiques liées à la transparence et à l’accès aux informations financières sur les coûts des soins de santé, aux restrictions injustifiées des activités des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme et des représentants de la société civile.

Le Danemark et la Nouvelle-Zélande sont devenus les leaders avec 88 points chacun. La Syrie, la Somalie et le Sud-Soudan occupent les dernières lignes avec respectivement 14, 12 et 12 points.

26 pays ont affiché une croissance significative, dont l’Équateur (+39), la Grèce (+50), la Guyane (+41), le Myanmar (+28) et la Corée (+61). Le classement de 22 pays a fortement baissé, dont la Bosnie-Herzégovine (-35), le Guatemala (-25), le Liban (-25), le Malawi (-30), Malte (-53) et la Pologne (-56).

Dans le contexte régional, l Les meilleurs sont les pays d’Europe occidentale, où le score moyen pour le niveau de perception de la corruption est de 66 points. Les régions ayant obtenu les scores les plus faibles sont l’Afrique subsaharienne (32) et l’Europe de l’Est et l’Asie centrale (36). Le Kazakhstan a été classé dans le groupe des pays de la CEA (Europe et Asie centrale).

Dans la région Europe de l’Est et Asie centrale, 19 pays ont été évalués. Les dirigeants l’étaient : Géorgie – 56 points, Arménie – 49 points, Belarus – 47 points, Monténégro – 45 points, Turquie – 40 points, Kazakhstan – 38 points et Serbie – 38 points.

Ils sont suivis par l’Albanie et le Kosovo (36 points chacun), la Bosnie-et-Herzégovine et la Macédoine du Nord (35 points chacun), la Moldova (34 points), l’Ukraine (33 points), le Kirghizstan (31 points), l’Azerbaïdjan et la Russie (30 points chacun), l’Ouzbékistan (26 points), le Tadjikistan (25 points) et le Turkménistan (19 points).

En Asie centrale, le Kazakhstan reste le leader – 38 points, 94ème place.

Les experts internationaux ont conclu que COVID-19 a déclenché non seulement une crise sanitaire et économique, mais aussi une vague de corruption dont les effets néfastes, qui ont empêché la fourniture juste et équitable de l’aide mondiale, ont entraîné la mort de nombreuses personnes.

La réponse d’urgence à l’évolution de la pandémie COVID-19 a mis en évidence d’énormes lacunes dans les institutions démocratiques, démontrant que les autorités ou les acteurs en charge de la politique financière défendent souvent leurs propres intérêts, en ignorant les besoins des groupes les plus vulnérables.

Il est à noter que les faibles niveaux de corruption dans le secteur public sont en corrélation avec l’augmentation des investissements dans les soins de santé. Par exemple, en Uruguay, qui occupe la première place dans l’IPC en Amérique latine (71), des investissements importants sont réalisés dans les soins de santé et un système de surveillance épidémiologique fiable fonctionne, ce qui a contribué à lutter efficacement contre la propagation de COVID-19 et d’autres maladies infectieuses.

En revanche, au Bangladesh, qui a marqué 26 points, le gouvernement investit très peu dans les soins de santé, tandis que la corruption au sein de COVID-19 a atteint des niveaux sans précédent, allant de la corruption dans les cliniques au détournement de l’aide humanitaire. La corruption est également très répandue dans le domaine de l’achat de matériel médical. Les pays où la corruption a atteint des niveaux plus élevés pendant la crise COVID-19 sont nettement plus susceptibles de connaître des violations de l’État de droit démocratique et de l’État de droit. Parmi ces pays figurent les Philippines (34), où la réponse à COVID-19 a été caractérisée par un usage excessif de la force et de graves violations des droits de l’homme et de la liberté des médias.

L’année écoulée a mis en lumière les problèmes d’intégrité professionnelle, même dans les pays les mieux classés, ce qui indique qu’aucun pays n’a encore vaincu la corruption. Pour réduire la corruption et mieux répondre aux crises futures, Transparency International recommande tous les gouvernements :

  • Renforcer les organes de contrôle pour assurer l’accès aux ressources des populations les plus démunies. Les organismes de lutte contre la corruption et de surveillance doivent disposer de fonds, de ressources et d’une indépendance suffisants pour s’acquitter de leurs fonctions.
  • Garantir des contrats ouverts et transparents pour lutter contre la délinquance, identifier les conflits d’intérêts et assurer une tarification équitable.
  • Défendre la démocratie et aider à étendre l’espace pour la société civile pour créer un environnement propice à la responsabilisation des gouvernements.
  • Publier et garantir l’accès à données pertinentes de fournir aux gens des informations simples, accessibles, pertinentes et significatives.
  • ***

    À propos de Transparency International

    Transparency International est une organisation mondiale de la société civile qui lutte contre la corruption depuis plus de 25 ans.

    À propos de l’indice de perception de la corruption

    Depuis sa création en 1995, l’indice de perception de la corruption est devenu le principal indicateur mondial de la corruption dans le secteur public.

    Sur la base de 13 types d’enquêtes auprès des entreprises et d’évaluations d’experts, les experts de TI ont évalué la mesure dans laquelle les pays sont sujets à la corruption sur une échelle de zéro à 100, où zéro est élevé et 100 est faible. Fin 20220, 180 États ont passé l’évaluation de la perception de la corruption dans le secteur public.

    En 2012, Transparency International a révisé la méthodologie utilisée pour construire l’indice afin de pouvoir comparer les estimations d’une année à l’autre.

    Pour plus d’informations, cliquez ici.

    www.eureporter.co