in

Macron appelle à une « génération sans tabac » pour réduire les décès par cancer

Publié le : 04/02/2021 – 16:36

Le président français Emmanuel Macron a marqué la Journée mondiale contre le cancer en annonçant une stratégie sur dix ans visant à réduire de 50 % les décès dus à la maladie. Le financement français de la recherche sur le cancer sera augmenté d’un cinquième, avec des campagnes prévues contre la consommation excessive d’alcool et de tabac

Actuellement, 150 000 Français meurent chaque année du cancer. Le président Macron veut cibler les formes « évitables » de la maladie, et ramener ce chiffre à 100 000.

Lors d’une visite à l’Institut Gustave-Roussy de Villejuif, premier centre européen de lutte contre le cancer dans le sud de Paris, il a promis d’étendre les campagnes de sensibilisation, d’intensifier le dépistage du cancer et d’améliorer l’aide aux patients qui doivent faire face aux effets à long terme du traitement du cancer.

Le cancer est la première cause de mortalité chez les hommes français, la deuxième chez les femmes.

M. Macron a souligné que le tabac est responsable de près de la moitié de ces décès, et représente 22 % de tous les décès par cancer dans le monde.

Il a déclaré qu’il voulait que ceux qui auront 20 ans en 2030 soient « la première génération sans tabac », en disant que les campagnes de sensibilisation devraient commencer « dès l’âge scolaire ».

Le prix des cigarettes et l’extension des zones non-fumeurs font partie des lignes d’attaque proposées par le leader français.

Une augmentation importante du financement

M. Macron a également promis d’augmenter de 20 % le financement de la lutte contre le cancer, ce qui portera les dépenses de l’État contre ce fléau à 1,7 milliard d’euros au cours des quatre prochaines années. Le chef de l’État affirme que les services de dépistage et de conseil seront étendus.

Les annonces du président s’inscrivent dans un contexte d’inquiétude croissante quant au fait que les patients atteints de cancer ont été laissés pour compte alors que les gouvernements du monde entier se concentrent sur la lutte contre la pandémie de coronavirus.

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré jeudi que la pandémie de Covid-19 avait eu un impact « catastrophique » sur le traitement du cancer. La branche européenne de l’agence avertit que les services de cancérologie ont été perturbés dans un tiers des pays de la région.

« Certains pays ont connu des pénuries de médicaments contre le cancer, et beaucoup ont vu une baisse significative des nouveaux diagnostics de cancer – même les pays les plus riches en ressources », a déclaré le directeur de l’OMS Europe, Hans Kluge, dans un communiqué.

Rapport : Les patients atteints de cancer s’inquiètent de l’efficacité des vaccins Covid-19

Parallèlement, la Commission européenne a dévoilé mercredi un plan de quatre milliards d’euros pour prévenir, traiter et étudier le cancer dans l’UE, dans le cadre d’un projet plus vaste de politique de santé intégrée.

Il est « inacceptable que nous ayons aujourd’hui un accès différent aux programmes de prévention dans l’UE, des taux différents pour le diagnostic précoce, la détection précoce, le traitement et bien sûr la survie », a déclaré la commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakides.

Ce plan vise à réduire le tabagisme, la consommation d’alcool et la pollution au cours des prochaines années et à promouvoir un mode de vie sain afin de réduire les 40 % de cas de cancer qui sont évitables.

www.rfi.fr