in

Josep Borrell à Moscou – EU Reporter

La visite à Moscou du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell (photo)qui a été annoncée avec enthousiasme à Bruxelles comme une « dure démarche » de l’Europe suite à l’arrestation du leader de l’opposition Alexei Navalny, semble avoir pris une tournure complètement différente. Dans les principales structures de l’UE, en particulier au Parlement européen, on s’attendait presque à ce que Borrell présente un ultimatum à Moscou exigeant la libération immédiate de Navalny et la conduite d’une enquête approfondie sur son empoisonnement présumé, écrit Alexi Ivanov, correspondant à Moscou.

Néanmoins, la partie russe a réussi à transformer la visite de M. Borrell en une véritable négociation sur l’état des relations entre la Russie et l’UE. De plus, le ministre russe des affaires étrangères, M. Lavrov, grâce à ses compétences diplomatiques, a réussi à transmettre à Josep Borrell les principales préoccupations de Moscou concernant l’état de la coopération bilatérale.

Comme on l’a appris lors de la conférence de presse finale qui a suivi les deux jours de négociations, l’ordre du jour couvrait un très large éventail de questions. Dans le même temps, M. Lavrov a explicitement fait part au haut représentant de l’UE des affirmations de la Russie concernant l' »anomalie » des relations entre Moscou et l’Europe. Il est à noter que malgré les tentatives de Borrell de désigner le « problème de la marine », celui-ci a finalement été relégué à l’arrière-plan de l’ordre du jour.

Lors de la réunion à Moscou, le ministre russe des affaires étrangères et le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité ont reconnu que les relations entre les parties sont « à un niveau bas ». Toutefois, ils ont également exprimé la nécessité de « poursuivre le dialogue sur diverses questions ». Selon M. Borrell, jusqu’à présent, aucun membre de l’UE n’a proposé d’imposer des sanctions contre la Russie en rapport avec Alexei Navalny. Cette question sera cependant toujours débattue.

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, se sont rencontrés à Moscou le 5 février. À l’issue des discussions, les parties ont reconnu l’existence de différences significatives,
mais a exprimé sa « volonté de dialogue ».

« Bien sûr, le principal problème auquel nous sommes tous confrontés est le manque de normalité dans les relations entre la Russie et l’Union européenne, entre les deux plus grands acteurs de l’espace eurasien. C’est, bien sûr, une situation malsaine qui ne profite à personne », a déclaré Sergueï Lavrov en ouvrant les discussions.

« Nous nous considérons maintenant davantage comme des concurrents, des rivaux, que comme des partenaires », a déclaré M. Borrell.

En même temps, les parties ont souligné la nécessité de poursuivre le dialogue sur diverses questions entre la Russie et l’Union européenne.

« Nos relations sont actuellement dans une situation de tension, y compris celle créée par l’affaire Navalny, mais nous restons interconnectés non seulement géographiquement, mais aussi par un large éventail de liens culturels, historiques et économiques », a déclaré M. Borrell.

« Malgré ces difficultés, créer un mur de silence entre nous n’est pas une option ».
« Il est important, comme je le crois, que les deux parties aient confirmé leur intérêt à maintenir et à élargir les canaux de dialogue, y compris sur les questions où nos positions divergent. Et ces questions sont nombreuses. Nous avons noté notre volonté de coopérer de manière pragmatique lorsque cela est intéressant et bénéfique pour les deux parties. Nous sommes tous d’avis que toute nouvelle dégradation des relations a des conséquences négatives et très, très imprévisibles », a déclaré M. Lavrov.

Borrell s’est rendu à Moscou pour discuter des relations bilatérales entre la Russie et l’Union européenne à la lumière de la situation avec le leader de l’opposition russe Alexei Navalny. Le 2 février, le tribunal Simonovsky de Moscou a décidé, lors de sa session, d’annuler la condamnation avec sursis de Navalny dans l' »affaire Yves Rocher » et de la remplacer par 3,5 ans dans une colonie de régime général. L’Union européenne demande la libération du chef de l’opposition. La Russie rejette les accusations occidentales de poursuites pénales à motivation politique.

« J’ai fait part à M. Lavrov de ma préoccupation concernant ces faits et j’ai demandé la libération de Navalny et une enquête complète sur son empoisonnement », a déclaré M. Borrell lors d’une conférence de presse à l’issue des discussions.

Comme l’a souligné le représentant de l’UE pour les affaires étrangères, aucun membre de l’Union européenne n’a encore fait de proposition pour introduire de nouvelles sanctions contre la Russie en raison de l’affaire Navalny.
Cependant, « la discussion sur cette question n’est pas encore terminée ».

« Ma visite à Moscou s’inscrit dans la préparation de cette discussion, car il est très important de déterminer ce que nous prévoyons de faire de cette relation », a déclaré M. Borrell. « Aujourd’hui, M. Lavrov et moi avons identifié les domaines dans lesquels nous pouvons interagir. »

Selon lui, le sujet des sanctions sera discuté lors de la réunion du Conseil des ministres des affaires étrangères de l’UE, ainsi que lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne en mars.

Sergueï Lavrov, commentant les éventuelles mesures restrictives de Bruxelles, a souligné qu’il s’agit d’une « affaire intérieure de l’UE ».

« Nous sommes habitués au fait que l’UE, comme je l’ai déjà mentionné, a de plus en plus recours à des restrictions unilatérales qui n’ont aucun fondement légitime. Nous construisons notre vie en partant du principe que l’Union européenne est un partenaire peu fiable, du moins à ce stade. J’espère que l’examen stratégique à venir attirera encore l’attention sur les intérêts fondamentaux de l’Union européenne dans son voisinage immédiat », a déclaré M. Lavrov.

Le sujet des sanctions contre la Russie a été soulevé après qu’Alexei Navalny soit tombé dans le coma le 20 août. Le leader de l’opposition russe a été transporté en Allemagne pour y être soigné. Plus tard, des laboratoires allemands, suédois et français, ainsi que des experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), ont déclaré que le politicien avait été empoisonné avec un agent neurotoxique du groupe Novichok. Les médecins russes n’ont trouvé aucun poison et ont qualifié le diagnostic principal de trouble métabolique qui a provoqué une forte variation du taux de sucre dans le sang.

Les parties ont également discuté d’autres questions – la situation autour du plan d’action global conjoint (PAGC) sur le programme nucléaire iranien, la lutte contre la désinformation, la lutte contre la pandémie de coronavirus, ainsi que les domaines d’interaction entre les parties.

Commentant la question iranienne, Sergueï Lavrov a souligné que « Moscou et Bruxelles continueront à faire des efforts pour rétablir l’accord nucléaire après que les États-Unis se soient retirés de l’accord, et que l’Iran en réponse ait annoncé le non-respect d’un certain nombre de ses conditions ».

Il est évident qu’indépendamment de la rhétorique et des accusations mutuelles, la Russie et l’UE devraient coopérer sur un large éventail de questions. Récemment, le président français Macron a également appelé l’Europe à engager un dialogue avec la Russie. De nombreux experts de l’UE sont convaincus que sans relations normales et multiformes avec la Russie, l’Europe unie ne pourra probablement pas aller de l’avant et se développer.

La Russie espère également le rétablissement d’un dialogue normal et civilisé avec l’UE. En outre, les deux parties ont des intérêts économiques et politiques importants dans cette communication.

Comme on l’a appris lors de la conférence de presse finale qui a suivi les deux jours de négociations, l’ordre du jour couvrait un très large éventail de questions. Dans le même temps, M. Lavrov a explicitement fait part au haut représentant de l’UE des affirmations de la Russie concernant l' »anomalie » des relations entre Moscou et l’Europe. Il est à noter que malgré les tentatives de Borrell de désigner le « problème de la marine », celui-ci a finalement été relégué à l’arrière-plan de l’ordre du jour.

Lors de la réunion à Moscou, le ministre russe des affaires étrangères et le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité ont reconnu que les relations entre les parties sont « à un niveau bas ». Toutefois, ils ont également exprimé la nécessité de « poursuivre le dialogue sur diverses questions ». Selon M. Borrell, jusqu’à présent, aucun membre de l’UE n’a proposé d’imposer des sanctions contre la Russie en rapport avec Alexei Navalny. Cette question sera cependant toujours débattue.

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, se sont rencontrés à Moscou le 5 février. À l’issue des discussions, les parties ont reconnu l’existence de différences significatives,
mais a exprimé sa « volonté de dialogue ».

« Bien sûr, le principal problème auquel nous sommes tous confrontés est le manque de normalité dans les relations entre la Russie et l’Union européenne, entre les deux plus grands acteurs de l’espace eurasien. C’est, bien sûr, une situation malsaine qui ne profite à personne », a déclaré Sergueï Lavrov en ouvrant les discussions.

« Nous nous considérons maintenant davantage comme des concurrents, des rivaux, que comme des partenaires », a déclaré M. Borrell.

En même temps, les parties ont souligné la nécessité de poursuivre le dialogue sur diverses questions entre la Russie et l’Union européenne.

« Nos relations sont actuellement dans une situation de tension, y compris celle créée par l’affaire Navalny, mais nous restons interconnectés non seulement géographiquement, mais aussi par un large éventail de liens culturels, historiques et économiques », a déclaré M. Borrell.

« Malgré ces difficultés, créer un mur de silence entre nous n’est pas une option ».
« Il est important, comme je le crois, que les deux parties aient confirmé leur intérêt à maintenir et à élargir les canaux de dialogue, y compris sur les questions où nos positions divergent. Et ces questions sont nombreuses. Nous avons noté notre volonté de coopérer de manière pragmatique lorsque cela est intéressant et bénéfique pour les deux parties. Nous sommes tous d’avis que toute nouvelle dégradation des relations a des conséquences négatives et très, très imprévisibles », a déclaré M. Lavrov.

Borrell s’est rendu à Moscou pour discuter des relations bilatérales entre la Russie et l’Union européenne à la lumière de la situation avec le leader de l’opposition russe Alexei Navalny. Le 2 février, le tribunal Simonovsky de Moscou a décidé, lors de sa session, d’annuler la condamnation avec sursis de Navalny dans l' »affaire Yves Rocher » et de la remplacer par une peine de 3,5 ans dans une colonie de régime général. L’Union européenne demande la libération du chef de l’opposition. La Russie rejette les accusations occidentales de poursuites pénales à motivation politique.

« J’ai fait part à M. Lavrov de ma préoccupation concernant ces faits et j’ai demandé la libération de Navalny et une enquête complète sur son empoisonnement », a déclaré M. Borrell lors d’une conférence de presse à l’issue des discussions.

Comme l’a souligné le représentant de l’UE pour les affaires étrangères, aucun membre de l’Union européenne n’a encore fait de proposition pour introduire de nouvelles sanctions contre la Russie en raison de l’affaire Navalny. Cependant, « la discussion sur cette question n’est pas encore terminée ».

« Ma visite à Moscou s’inscrit dans la préparation de cette discussion, car il est très important de déterminer ce que nous prévoyons de faire de cette relation », a déclaré M. Borrell. « Aujourd’hui, M. Lavrov et moi avons identifié les domaines dans lesquels nous pouvons interagir. »

Selon lui, le sujet des sanctions sera discuté lors de la réunion du Conseil des ministres des affaires étrangères de l’UE, ainsi que lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne en mars.

Sergueï Lavrov, commentant les éventuelles mesures restrictives de Bruxelles, a souligné qu’il s’agit d’une « affaire intérieure de l’UE ».

« Nous sommes habitués au fait que l’UE, comme je l’ai déjà mentionné, a de plus en plus recours à des restrictions unilatérales qui n’ont aucun fondement légitime. Nous construisons notre vie en partant du principe que l’Union européenne est un partenaire peu fiable, du moins à ce stade. J’espère que l’examen stratégique à venir attirera encore l’attention sur les intérêts fondamentaux de l’Union européenne dans son voisinage immédiat », a déclaré M. Lavrov.

Le sujet des sanctions contre la Russie a été soulevé après qu’Alexei Navalny soit tombé dans le coma le 20 août. Le leader de l’opposition russe a été transporté en Allemagne pour y être soigné. Plus tard, des laboratoires allemands, suédois et français, ainsi que des experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), ont déclaré que le politicien avait été empoisonné avec un agent neurotoxique du groupe Novichok. Les médecins russes n’ont trouvé aucun poison et ont qualifié le diagnostic principal de trouble métabolique qui a provoqué une forte variation du taux de sucre dans le sang.

Les parties ont également discuté d’autres questions – la situation autour du plan d’action global conjoint (PAGC) sur le programme nucléaire iranien, la lutte contre la désinformation, la lutte contre la pandémie de coronavirus, ainsi que les domaines d’interaction entre les parties.

Commentant la question iranienne, Sergueï Lavrov a souligné que « Moscou et Bruxelles continueront à faire des efforts pour rétablir l’accord nucléaire après que les États-Unis se soient retirés de l’accord, et que l’Iran en réponse ait annoncé le non-respect d’un certain nombre de ses conditions ».

Il est évident qu’indépendamment de la rhétorique et des accusations mutuelles, la Russie et l’UE devraient coopérer sur un large éventail de questions. Récemment, le président français Macron a également appelé l’Europe à engager un dialogue avec la Russie. De nombreux experts de l’UE sont convaincus que sans relations normales et multiformes avec la Russie, l’Europe unie ne pourra probablement pas aller de l’avant et se développer.

La Russie espère également le rétablissement d’un dialogue normal et civilisé avec l’UE. En outre, les deux parties ont des intérêts économiques et politiques importants dans cette communication.

www.eureporter.co