in

La police française a joué un rôle dans la mort d’un homme noir en garde à vue : rapport

Publié le : 09/02/2021 – 09:01

Une enquête sur la mort d’un jeune homme noir en garde à vue en France a révélé que les tactiques utilisées pour le maîtriser ont joué un rôle dans sa mort par coup de chaleur, selon un rapport vu par l’AFP lundi.

Le rapport, rédigé par quatre médecins belges à la demande de magistrats instructeurs, indique que la façon dont les officiers ont épinglé Adama Traore au sol a probablement contribué à sa mort pendant une vague de chaleur.

Traore, surnommé le « George Floyd français » d’après le Noir américain tué par la police américaine en 2020, est devenu l’un des visages d’une campagne de plus en plus importante visant à mettre fin à la brutalité policière en France.

Il meurt le 19 juillet 2016, à l’âge de 24 ans, après avoir fui les agents qui voulaient vérifier son identité à Beaumont-sur-Oise, au nord de Paris. Après une poursuite, il a été retrouvé dans un appartement où trois officiers lui ont sauté dessus pour lui passer les menottes.

L’un des officiers a déclaré plus tard qu’il s’était plaint de ne pas pouvoir respirer – un aveu qui a ensuite été comparé à la mort de Floyd en mai 2020 dans un étranglement de la ville américaine de Minneapolis.

Traore a été emmené inconscient dans un commissariat de police et laissé menotté au sol dans la position de récupération, où les services d’urgence l’ont ensuite déclaré mort deux heures après son arrestation.

Bien qu’une première autopsie ait révélé qu’il était mort par asphyxie, les experts ont infirmé cette conclusion en mai 2020, affirmant qu’une maladie cardiaque et génétique sous-jacente avait causé sa mort.

Croyant que sa mort était l’objet d’une dissimulation, la famille de Traore a demandé un autre avis.

Les médecins belges ont déclaré qu’ils pensaient qu’il avait « très probablement souffert d’un coup de chaleur ».

Mais « le rôle dans le processus mortel d’une période de suffocation due à une contrainte physique ne peut être exclu », ont-ils déclaré.

Ils ont ajouté que les « manœuvres de confinement momentanées » et « dans une moindre mesure les conditions sous-jacentes » ont probablement accéléré la détérioration de son état.

L’avocat de la famille Traore, Yassine Bouzrou, a été cité par France Info comme exprimant sa satisfaction quant à cette découverte.

« Nous savons aujourd’hui que parmi les causes de décès, il y a la violence de son arrestation et le fait qu’il ait été attaqué face contre terre, ce qui a clairement joué un rôle important dans la mort d’Adama Traore », a-t-il déclaré.

Ce rapport intervient une semaine après que le gouvernement français a lancé des semaines de consultations publiques sur les moyens d’accroître la confiance du public dans la police, suite aux scandales répétés de racisme et de brutalité.

En novembre, une vidéo montrant la police parisienne en train de battre et d’abuser un producteur de musique noire dans son studio a choqué le pays. La police a également été filmée récemment en train de démolir avec violence un camp de migrants dans le centre de Paris.

(AFP)

www.rfi.fr